mercredi 7 juillet 2010

Analyse karmique du thème du XIV° Dalaï-Lama

Petite biographie et heure de naissance

Le Dalaï-Lama actuel est né le 6 juillet 1935 dans le village tibétain de Takser. Plusieurs heures de naissance circulent sur internet. J’ai choisi de retenir l’heure donnée par le site www.buddhachannel.tv, soit 4h38. Takser, ou Tengster, se situe à 36 N 32, 101 E 12. Le logiciel Astro-Mac d’Aureas indique le Soleil à 12°55 du Cancer, la Lune à 9°38 de la Vierge et l’Ascendant à 6°39 du Cancer.

C’est à l’âge de deux ans qu’il fut reconnu comme la 14° réincarnation du Dalaï-Lama et amené à Lhassa. Il fut solennellement intronisé le 22 février 1940 et reçut le nom de Tenzin Gyatso. Son éducation en tant que Dalaï-Lama commença lorsqu’il eut 6 ans.

On lira avec profit le livre « Kundun » de Mary Craig aux éditions Presses du Châtelet, qui raconte l’enfance du Dalaï-Lama et qui confirme sa naissance peu avant le lever du Soleil. Et on trouvera sur internet une multitude de sites résumant sa biographie, et en particulier www.dalailama-hamburg.de.

En 1950, les troupes chinoises envahissent le Tibet. En 1951, le Dalaï-Lama assume la pleine responsabilité politique de son pays. En 1954, il se rend à Pékin pour négocier avec Mao Tse Tung.

L’oppression chinoise se faisant de plus en plus présente, c’est en 1959 et suite à un avis de l’Oracle d’état que le Dalaï-Lama s’enfuit en Inde, pour créer à Dharamsala le siège du gouvernement en exil.

En 1989, le dirigeant tibétain reçut le Prix Nobel de la Paix pour ses efforts dans la recherche d’une solution pacifique à la question tibétaine.

Malheureusement, les gouvernements chinois successifs, y compris le gouvernement actuel, font la sourde oreille aux appels à un dialogue et à un règlement pacifique du conflit sino-tibétain. Non seulement ils oppressent le peuple tibétain et se livrent à un génocide culturel, en détruisant temples et quartiers anciens et en transférant au Tibet une population d’origine chinoise de plus en plus nombreuse, mais ils se servent également des grands espaces tibétains comme autant de dépotoirs nucléaires et n’hésitent pas à polluer le « toit du monde ».


Du XIII° au XIV° Dalaï-Lama

L’astrologie karmique occidentale est sous-tendue par la croyance en la réincarnation. En astrologie karmique, le Nœud Sud indique d’où l’on vient. Il n’est pas question de pouvoir dire qui précisément le natif a été dans une vie antérieure, mais le Nœud Sud permet de cerner quel type de personnalité et quel type d’existence ont été vécus.

Par contre, dans le cas du Dalaï-Lama, et si nous acceptons d’entrer dans la vision du bouddhisme tibétain, le XIV° Dalaï-Lama a été antérieurement le XIII° Dalaï-Lama. Avant de nous pencher sur cette hypothèse, il est utile de préciser que le bouddhisme envisage la réincarnation comme l’activation d’un continuum de conscience et non comme la survie d’un ego. Mais on peut repérer une certaine ambiguïté dans cette croyance car le Bouddha raconte, dans des écrits traditionnels, qui il a été précisément au cours de ses différentes incarnations.

Nous n’entrerons pas plus loin dans l’anthropologie bouddhiste qui pourrait résoudre cette apparente contradiction, car cela nous entraînerait trop loin de notre sujet.

Intéressons-nous d’emblée au Nœud Sud de Tenzin Gyatso, qui se trouve à 22°24 du Cancer en maison I, encadré par les conjonctions du Soleil et de Pluton.

Ce 22° degré est parlant. Selon Hitschler, qui reprend le travail de Janduz, son image symbolique est la suivante : « Un homme est debout au sommet d’une montagne, un bâton de commandement à la main, le visage éclairé par le soleil couchant qu’il semble regarder en face, sans voir le torrent aux eaux tumultueuses qui bouillonnent jusque dans la plaine ». Or, le treizième Dalaï-Lama fut confronté à des complots visant sa mort. Et son décès à l’âge de cinquante-huit ans fut considéré comme suspect. Un des moines de son entourage fut accusé d’empoissonnement et condamné à l’exil.

La conjonction de Pluton au Nœud Sud de son successeur conforte la thèse de l’assassinat.

Pluton parle aussi de transformation et d’initiation. Or, le treizième Dalaï-Lama a tenté de transformer en profondeur le Tibet pour le préparer aux crises du XX° siècle. Il se rapprocha de l’Occident en nouant des relations étroites avec le Royaume-Uni et chercha à moderniser le fonctionnement de son royaume. « Thubten Gyatso (le XIII° Dalaï-Lama) révisa le vieux code pénal tibétain, abolit la peine de mort, mit en place un système fiscal unifié et étendit les bienfaits de l’instruction à de larges couches de la population. Sous son règne, on installa l’électricité, un service postal, et même le téléphone et le télégraphe. Il fit battre une monnaie nationale. La petite armée du Tibet fut réorganisée sur le modèle britannique.... »(Mary Craig, op.cit.). Tous ces changements ne furent pas du goût des moines ni de l’aristocratie. Pluton transforme mais crée aussi des ennemis !

En ce qui concerne l’état d’initié, le treizième Dalaï-Lama sut prophétiser, peu avant sa mort, l’invasion du Tibet par les chinois et la destruction de la culture et de la spiritualité tibétaines.

Le Nœud Sud parle aussi de la première partie de l’existence, qui, pour moi, s’étend jusqu’au moment où l’on prend conscience de son chemin de vie. Or, le XIV° Dalaï-Lama a vécu la destruction de son pouvoir, ce qui correspond encore à cette conjonction Nœud Sud -Pluton.

L’encadrement du Nœud Sud est également significatif : la gloire « solaire » dans la vie du XIII° Dalaï-Lama comme dans la jeunesse du XIV° Dalaï-Lama a été suivie de la destruction plutonienne - l’assassinat pour le premier, la perte de son royaume pour le second.


Les valeurs lunaires

Le Nœud Sud est en Cancer, ce qui marque une grande sensibilité, voire une difficulté à sortir de l’enfance pour assumer son statut d’adulte. Cela marque aussi une grande intuition et une envie de prendre soin maternellement des autres. Le Soleil et l’Ascendant, ainsi que la maître de V (Pluton), tous trois en Cancer renforcent ces traits de caractère.

Un grand nombre de personne ont témoigné de la qualité d’attention du Dalaï-Lama pour ses invités en détresse et pour toutes les personnes en général qu’il rencontre. Saïd Djafri, qui assistait en fauteuil roulant aux enseignements donnés par le Dalaï-Lama à Nantes lors de l’été 2008, raconte ainsi, dans le numéro 109 de la revue « Bouddhisme Actualités » : « Sa Sainteté descend de la scène après son enseignement et s’approche de moi avec un regard bienveillant, souriant. J’ai une impression immédiate de simplicité, d’aménité, de chaleur humaine, de réconfort et même d’humour. Il me donne une vraie, une nette accolade et me caresse la tête, en signe peut-être de bénédiction. » Voilà une belle illustration des valeurs du signe du Cancer !

Les valeurs lunaires sont également soulignées car la Lune, Régent Karmique du Nœud Sud, est conjointe à la Lune Noire ; et Mars, second Régent Karmique du Nœud Sud, est en maison IV (analogue donc au quatrième signe, le Cancer, domicile de la Lune).

Or, la Lune, le Cancer et la maison IV parlent du pays. La conjonction Lune Noire-Lune est bien sûr à mettre en relation avec la séparation entre le Dalaï-Lama et sa famille dès sa tendre enfance. Elle marque également la séparation d’avec son pays natal.

Quant à Mars, second Régent Karmique du Nœud Sud, il forme un carré avec l’axe des Nœuds. Le chemin de vie du Dalaï-Lama passe karmiquement par un combat (Mars) non-violent (Mars en Balance) pour son pays (la maison IV).

La conjonction de la Lune Noire à la Lune comme le carré de Mars à l’axe des Nœuds semblent indiquer une tâche laissée inachevée dans une vie antérieure et qui doit être continuée dans la vie présente.

Le XIII° Dalaï-Lama a voulu protéger son pays de l’invasion communiste mais il est mort prématurément. Et c’est son successeur qui a hérité de cette tâche.

Nous n’entrerons pas plus dans l’analyse du Nœud Sud. Disons seulement que selon le XIV° Dalaï-Lama lui-même, son enfance fut insouciante du poids de ses responsabilités et qu’il ne sentait pas vraiment attiré par les études spirituelles. Il aimait par contre prendre soin de tous les êtres (et en particulier des animaux) et n’en faire qu’à sa tête ... ce qui est en concordance avec un Noeud Sud en Cancer (prendre soin) et en maison I (n’en faire qu’à sa tête), et avec la Lune Régent Karmique du Nœud Sud en Vierge (les petits animaux).



L’appel du Nœud Nord et le défi de la communication


Le Nœud Nord se trouve en Capricorne et en maison VII. Le Capricorne demande que l’on assume ses responsabilités sans craindre les efforts. Il propose de développer la maîtrise de soi et la sagesse. En maison VII, le Nœud Nord indique l’importance de la relation à l’autre. Il s’agit de tenir compte des désirs de chacun et non de se contenter d’affirmer les siens. Le plan de paix proposé par le Dalaï-Lama en 1987 demandant que le Tibet soit autonome au sein de la République Populaire de Chine est une magnifique illustration de ce sens du compromis. Hélas, les chinois n’ont pas saisi cette opportunité de régler pacifiquement un contentieux plus que millénaire entre les deux pays !

Le symbolisme du 22° degré du Capricorne, où se trouve le Nœud Nord, est parlant : « Sur un domaine agricole donnant une impression d’aisance, un attelage de bœufs commence un sillon, et dans le fond on aperçoit une solide construction fermière ». Nous sommes dans le temps du travail et non dans celui de la récolte. Les efforts fournis se font dans un contexte d’opulence : non point une opulence matérielle dans le cas du Dalaï-Lama, mais une opulence spirituelle car il s’appuie sur une tradition spirituelle ancienne et expérimentée.

Les deux Régents Karmiques du Nœud Nord, Saturne et Vénus, se trouvent dans l’axe III-IX. Ils invitent le Dalaï-Lama à se construire un point de vue philosophique en s’appuyant sur la compassion (Saturne en Poissons et en IX), et à communiquer avec chaleur, amour et sens du dialogue (Vénus en Lion et en III).

Concernant le compassion, le Dalaï-Lama est d’ailleurs considéré comme la manifestation de Tchènrézi (Avalokiteshvara en sanscrit), le Bouddha de la Compassion

Quant au sens du dialogue, il n’est pas « donné » à la naissance mais demande un vrai travail de prise de conscience, de dépassement des peurs, des illusions et des rigidités, comme l’indique le carré en T Saturne / Lune Noire-Lune-Neptune avec Chiron à l’apex en Gémeaux et en XII ; le semi-carré Saturne / Nœud Nord ; et le semi-carré Soleil maître de III en I / Vénus Régent Karmique du Nœud Nord en III.

Cette question de la communication et du dialogue est réellement essentielle vu l’amas en III ( Cérès, Vénus, Part de Fortune, Lune Noire, Lune, Neptune), et la présence de Chiron et de Mercure en Gémeaux et en XII. Il est évident qu’en tant que Dalaï-Lama, le jeune Tenzin Gyatso n’était pas préparé au dialogue. Il se devait d’assumer un pouvoir temporel et spirituel que nous pourrions presque qualifier d’ « absolu ». Mais son chemin de vie lui a demandé de descendre de son piédestal pour dialoguer non seulement avec le gouvernement chinois, mais avec le monde entier : les chefs d’état, les intellectuels, les scientifiques, les responsables des autres religions, les journalistes, les bouddhistes occidentaux, etc. Sa grande sensibilité signifiée par le grand trigone d’eau et sa puissance spirituelle marquée par la figure du cerf-volant l’y ont certainement aidé.

La Lune Noire se situe à 9°11 de la Vierge en maison III et en conjonction à la Lune. L’image symbolique de ce degré est la suivante : « Aux deux extrémités d’une table, un homme et une femme masqués sont debout : la femme protège de la main une bourse et des sacs d’argent, et l’homme dans un geste de larcin tend la main vers une coupe de beaux fruits ».

Le défi karmique signifié par la Lune Noire parle donc du danger d’être escroqué dans les relations. La Lune Noire stigmatise Mercure et Cérès, vue sa position en Vierge et en maison III. Cérès est elle-même en maison III. Et Mercure est en maison XII dans le thème natal, ce qui confirme l’importance des efforts à fournir en matière de communication afin que le dialogue, l’échange et la capacité à s’expliquer se concrétisent.

Au mois de mars 2008, les émeutes au Tibet qui amènent le Dalaï-Lama à demander au gouvernement chinois l’ouverture d’un dialogue, et aux autres pays une pression sur ce même gouvernement chinois, se déroulent alors que dans le thème progressé, Mercure est en carré à l’axe des Nœuds en conjonction partile à Mars natal ! Ce qui marque la tâche à accomplir et en même temps l’hostilité à cette tâche de la part de Pékin. Par contre, le Soleil progressé est en trigone au Nœud Nord et on peut imaginer que l’aura de l’actuel Dalaï-Lama sortira renforcée de cette crise, quelle qu’en soit l’issue pour le peuple tibétain.


Les planètes rétrogrades

Saturne progressé sera rétrograde durant toute la vie du Dalaï-Lama. On peut y lire la difficulté, voire l’impossibilité d’exercer le pouvoir temporel. On peut y lire également le travail de connaissance et de maîtrise de soi à accomplir durant toute l’existence.

Saturne est maître de VII et de VIII dans le thème natal. Il est aussi, rappelons-le, Régent Karmique du Nœud Nord, ce qui lui donne toute son importance karmique. En tant que maître de VII, il invite le natif à travailler sa manière d’être en relation respectueuse avec autrui ; en tant que maître de VIII, il invite le natif à remettre en question ses valeurs et à opérer les transformations nécessaires à son évolution en sachant se dépouiller de l’accessoire.

En maison IX et en Poissons, Saturne indique une responsabilité à exercer dans la transmission de valeurs spirituelles, transmission qui demande un effort constant qui ne sera pas forcément récompensé dans la vie présente, vue la rétrogradation.

Dans le thème natal, Jupiter est également rétrograde et ce, jusqu’au 17 mars 1941, alors que le Dalaï-Lama avait 5 ans et 8 mois. Jupiter parle bien sûr de la place que l’on occupe dans la société, et du sens que l’on donne à son existence. Or, c’est lorsque Jupiter redevient direct que le Dalaï-Lama prononce ses premiers vœux. Et que son environnement change : le régent installé depuis la mort du précédent Dalaï-Lama, et peu scrupuleux semble-t-il, démissionne de ses fonctions. Et le nouveau régent prend en charge avec sévérité mais aussi avec justesse l’éducation de l’enfant pour qu’il puisse assumer ses fonctions de nouveau Dalaï-Lama.

En mars 2008, lors des émeutes de Lhassa, Uranus progressé était rétrograde depuis le 27 février 1972, et Vénus progressée depuis le 1er septembre 1978.

Uranus rétrograde demande au natif de développer simultanément l’affirmation de sa différence et un comportement solidaire. Il est impressionnant de constater que le Dalaï-Lama demande depuis vingt ans l’autonomie du Tibet mais il a toujours refusé d’envisager un boycott des Jeux olympiques pour ne pas priver le peuple chinois de cette reconnaissance internationale.

Quant à Vénus, elle est Régent Karmique du Nœud Nord, d’où son importance. Rétrogradant, elle demande au natif de cultiver l’amour et le don.


En conclusion

Je n’avais pas l’intention de faire une interprétation exhaustive du thème du Dalaï-Lama mais simplement de donner quelques repères à partir de l’analyse des indices karmiques.

Je souhaite que la voix du Dalaï-Lama soit entendue puisqu’elle est porteuse d’un message de non-violence et que le Dalaï-Lama est certainement une des personnalités spirituelles les plus marquantes de ce début du XXI° siècle.

Je forme également des vœux pour que le peuple tibétain retrouve son autonomie et soit à nouveau respecté et protégé par son grand voisin chinois.


Emmanuel LEROY
emmanuel.leroy20@orange.fr



Bibliographie

Mary CRAIG : « Kundun » aux Presses du Châtelet

Alain GROSREY : « Le grand livre du bouddhisme » aux éditions Albin Michel

K. HITSCHLER : « Le secret des 360 degrés symboliques » aux éditions Dervy

Jean de LARCHE : « Cérès », aux éditions François de Villac

Laurence LARZUL : « ABC de l’astrologie karmique » aux éditions Grancher


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire